Infos pratiques    
     
  • Situation
La Terre de Milne est une grande île (120x60 km), nichée au fond du fjord de Scoresbysund, par 71° de latitude Nord. Elle est située à environ 200 km à l'Ouest de la communauté Inuit d'Ittoqqortoormiit, sur la côte orientale du Groenland. Elle est formée d'un vaste plateau granitique recouvert d'une calotte glaciaire. Sur la rive Nord où nous avons été, les falaises s'élèvent d'un seul jet au-dessus de la mer jusqu'à 1500-1800 m. Le glacier du Korridoren traverse l'île de part en part, de l'Est au Nord.

Etrangement, la Terre de Milne est peu connue des grimpeurs, encore moins des skieurs. Seules 2 expéditions s'y sont rendues en conditions hivernales, et en ont exploré les zones Sud et Est (Tangent Expeditions 2005, 2006). En été, les kayakistes parcourent les fjords qui la bordent. Cette année, un groupe de Tangent Expeditions a réalisé la 1ère traversée Est-Ouest de la calotte (de port Charcot au fjord Rouge), et un groupe de la Shackelton Foundation a fait une traversée en aller-retour par le Korridoren.

La côte Est du Groenland est largement inhabitée, mis à part Ammassalik, et la communauté d'Ittoqqortoormiit (fondée par Charcot en 1932). Quelques stations météo et bases militaires danoises s'étendent au nord-est (Mestersvig, Ella Ø, Daneborg, Danmarkshavn, Station Nord), rassemblant moins d'une trentaine de personnes sur près de 2000 km de côte ! Ces côtes ainsi que le parc national, sont administrés par les 12 hommes de la patrouille Sirius, qui sillonnent ces régions été comme hiver (!!) avec leurs attelages de chiens. Cette côte reste difficile d'accès, car toujours barrée par les glaces dérivantes (contrairement à la côte Ouest). Chaque été, le bateau cargo tente de se frayer un passage à travers le pack pour ravitailler les quelques zones habitées.
  
  • Météo
Températures plus clémentes que prévu. Mi-avril, il faisait en moyenne -20°C la nuit et -5°C le jour (min. -25°C), puis les températures sont remontées à -10°C/+5°C à la mi-mai. La météo est très changeante, la tempête arrive vite, mais ne dure jamais bien longtemps. La région est assez arrosée pour un climat arctique : il a neigé plusieurs fois sur la période. Les brumes de mer et autres brouillards peuvent être tenaces (ce qui empêche régulièrement l'avion de se poser). Le vent est irrégulier, passant rapidement de zéro à tempête, et s'inversant souvent.

  • Permis
Normalement, toute expé sur la côte Est du Groenland doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès des autorités danoises 3 mois à l'avance. Les permis sont délivrés par le Danish Polar Center. Il faut également justifier de certificats d'assurance couvrant d'éventuels frais de recherche pour les secours. Les traversées de l'Inlandsis et l'entrée dans le Parc National sont soumises à des conditions encore plus restrictives. Il existe des zones d'exemption autour des communautés Inuit.

  • Logistique
Rien d'insurmontable, quand on sait comment faire...

La côte Est du Groenland est accessible par 2 aéroports : Kulusuk et Constable Point (Nerlerit Inaat). Constable Point (CNP) est desservi exclusivement par la compagnie Air Iceland, depuis l'aéroport domestique de Reykjjavik. Ensuite, une liaison "régulière" par hélicoptère permet de rejoindre la communauté Inuit d'Ittoqqorttoormiit.  Les bagages étant limités à 20 kg/pers., un envoi préalable de frêt avec un transitaire est indispensable.

Ensuite, depuis Ittoqqorttoormiit tout est possible pour rejoindre le lieu de ses rêves : à pied, en traineau à chiens, en motoneige, en hélico (bouhhhhh!), en bateau (l'été). Nous avons choisi de nous faire déposer en motoneige, puis de revenir à pieds.
  •  Sécurité
Nous n'avons pas vu d'ours polaire (mais avons croisé un groupe de chasseur qui étaient en train d'en dépecer un !). Les fjords intérieurs sont peu intéressant pour les ours (pas de phoques). Il y a plus de chance d'en croiser près de la mer libre dans le Scoresbysund. Les boeufs musqués peuvent charger. Ils se nourrissent de lichens, et leurs hordes se trouvent principalement dans le Jameson Land. Fusil recommandé donc, de toutes façons un Inuit ne sortirait pas sans arme.
  • Matériel
Ski-alpinisme classique + camping par grand froid + pulkas (230 kg de matériel au total)
  • Nous avions 2 tentes VE25 pour dormir (quel luxe ! merci Damien). Quand le temps est mauvais, on monte la "tente mess" : c'est juste un double toit autoportant (Hellsport tunnel, merci Yves), en creusant une tranchée en dessous, c'est très confortable. 
  • Sacs de couchage synthétiques avec une duvette polaire autour pour pomper le givre.
  • Les chaussons (et les chaussettes) Sidas sont vraiment très bien (plus chauds que les thermoformés d'autres marques, même trop chaud, il faut ventiler en ouvrant le bas du pantalon). Et en faisant un peu attention à ses pieds, pas le moindre début d'ampoule après plus de 200 km à plat !!
  • Peaux de phoques : Black Diamond, en toute objectivité (leur colle est impressionnante par grand froid). (Edité le 25/02/10, BD a changé sa colle, comme les autres marques, et leur colle n'est plus ce qu'elle était)
  • Même vêtements que chez nous pour la journée (rajouter une couche de sous-vêtements pour les frileux), le soir une doudoune en plume est agréable.
  • Cuisine : Deux réchauds à essence + bouilloire à anse et bec verseur + 2 thermos/pers. (pour l'essence : compter 0.25L/pers./jour)
  • Pour tracter, nous avons opté pour les luges orange Paris Expedition. C'est beaucoup moins cher qu'une pulka (40 EUR pièce). Il faut cependant bricoler un système de fixation avec de la cordelette et du sandow. Nous avions également des housses faites sur mesure pour ranger nos affaires (merci Maman !).
  • Nous avions également de belles ailes de kite (Air Evolution 8m2) pour profiter du vent. Malheureusement, nous n'avons pas souvent eu l'occasion de nous en servir pour avancer. Le kite c'est un peu comme les éoliennes : quand ça marche, c'est magique, mais il ne faut pas trop compter dessus.  Nous sommes certes grands débutants en kite, mais il est difficile d'avoir toutes les conditions réunies en même temps : le jour où l'on souhaite avancer, avoir un petit vent régulier dans le bon sens, et une neige pas trop profonde. 

  • Pharmacie
Heureusement la pharmacie n'a presque pas servi (sauf quand on tente un pas un peu expo en moonboots à la descente de l'avion...) : liste_ pharmacie.xls  Merci Thalie !
 
  • Bouffe
La bouffe c'est important en expé. Variée et en quantité suffisante. Personellement, après une grosse journée de ski dans le froid, j'aime bien savoir que je vais pouvoir me faire plaisir au dîner ! Il faut viser 4000 kcal/jour/pers.
Nous n'utilisons pas de lyophilisés. C'est cher et pas très goûteux. On préfère les couscous assaisonnés, les céréales méditerranéennes, la purée aux légumes, la polenta au parmesan, les nouilles chinoises... il faut juste accepter de tout reconditionner en petits sachets.
Pour 28 jours, celà représente 120 kg de nourriture (pour 4 pers.).
                    Retour
                    (c) 2008 Association Le Grand Blanc